slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 4 slideshow 5 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12

Vous êtes ici

Dites stop aux violences conjugales

Body: 

80 faits de violences physiques dans le couple ont été dénombrés au sein de notre zone. Pour s’en sortir, il faut en parler.  

Vous l’avez sans doute entendu partout, le 8 mars est la journée internationale pour les droits des femmes. Une journée particulière qui nous donne envie de mettre l’accent sur une problématique à laquelle nous devons régulièrement faire face en tant que zone de police: la violence faite aux femmes, et, plus particulièrement, les violences conjugales.  

En 2018, notre zone a encodé 80 plaintes pour violences physiques dans le couple et 67 plaintes pour violences psychologiques dans le couple. À côté de ce chiffre, il existe un chiffre noir, celui des femmes (et des hommes) qui n’osent pas pousser la porte d’un commissariat, qui ont peur ou qui ont honte. Or, il n’y a pas à avoir honte d’être une victime. La première chose à faire, c’est d’en parler. À un proche pour sortir de l’isolement, à son médecin traitant pour qu’il constate les lésions et vous oriente vers les personnes ressources, à un service d’écoute ou notre service d’Assistance Policière aux Victimes. Enfin, il est important de déposer plainte. Car c'est la seule manière de faire stopper les violences. Rester pour les enfants n’est pas la solution, car vivre dans un milieu violent aura des conséquences sur leur comportement (troubles alimentaires ou du sommeil, faible estime de soi, violence envers soi ou les autres, fugue, idées suicidaires, risque de banalisation de la violence, …). Rester par peur n’est pas une solution non plus, car rester avec son bourreau entraîne plus de risques de violence et de mort puisque la victime est à portée de poing.  

Bref, homme ou femme, si vous vivez dans un milieu violent, sauvez-vous!

Si vous êtes victime, auteur ou témoin de violences conjugales, n’hésitez pas à appeler le numéro gratuit : 0800/30.030 ou notre Service d’Assistance Policière aux Victimes (067/88.92.49 ou 067/88.92.48).

 

publié le 08/03/2019

Theme by Zion Labs and Karibou Informatique